24 novembre 2017

23 propriétaires touchés par les travaux de la courbe de Val-Brillant

Source: Radio-Canada


 

Des citoyens de Val-Brillant, surtout ceux touchés par les expropriations, voulaient connaître les détails du projet.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

Les travaux pour refaire la courbe en « S » de la route 132 à Val-Brillant forcent l'expropriation de 23 propriétaires. C'est une donnée qu'ont révélée les responsables du ministère des Transports qui ont fait une présentation publique jeudi soir de ce projet estimé entre 25 et 50 millions de dollars.

 

Un texte de Brigitte Dubé, d'après le reportage de Jean-François Deschênes

 

La majorité des biens expropriés sont des parties de terrains privés ou de terres agricoles. Toutefois, deux maisons seront bientôt démolies.

 

Les propriétaires de ces deux résidences, Jocelyne Ouellette et Carmen Rousseau-Couture, se sont résignées à conclure une entente avec le ministère des Transports et à quitter leur maison.

 

« C’est la petite école [que] tous mes frères et sœurs ont [fréquentée]. Et quand on voit les camions, c’est sûr que ça fait de quoi. Un moment donné tu te dis : " Arrête de regarder ça.'' », commente-t-elle.

 

« C’est sûr que ça dérange émotivement, admet pour sa part Carmen Rousseau-Couture. Nous autres, on a élevé nos enfants là. On a été là 35 ans. » Si je pense à la collectivité et à la sécurité de tous les gens, c’est peut-être [ce plan] qui est le meilleur.

Travaux courbe en S de Val-Brillant. 23 expropriations au total, dont 2 maisons. Encore 7 dossiers à finaliser

 

Concernant les autres expropriations, sur les 23 propriétaires touchés, sept dossiers sont encore en négociation, dont celui de l'agriculteur Marc Turcotte qui trouve difficile la décision de vendre son patrimoine. Il ne croit pas qu'il obtiendra une juste compensation pour ses terres.

 

« C’est sûr que je n’aurai pas la valeur de ces terres-là parce qu’on fait toujours une moyenne, explique-t-il. Ce sont des terres très convoitées que j’ai acquises avec le temps. » C’est à peu près ce qu’il y a de plus beau dans la région et là, on va les perdre et collectivement, on va tous perdre une partie.

 

M. Turcotte a déjà reçu une première compensation. Il dit maintenant attendre la fin du projet en 2021 pour faire un estimé total des coûts et les comparer avec ceux des représentants du Ministère. Il ne pourra finaliser l’entente qu’à ce moment, dit-il.

 

Les personnes qui vivent une expropriation à qui nous avons parlé soutiennent que les négociations se déroulent bien avec le Ministère.

 

Le directeur régional du ministère des Transports, Yves Berger et le maire de Val-Brillant, Jacques Pelletier

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

 

De son côté, le directeur régional du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, région Bas-Saint-Laurent - Gaspésie, Yves Berger, estime que les ingénieurs ont tout fait pour minimiser les conséquences sur les propriétaires.

« Ça a été fait dans l’optimisation du projet, mentionne-t-il. Il y avait des scénarios qui avaient été présentés lors des audiences publiques où il y avait huit, neuf demeures qu’on touchait. » Vraiment, c’est un scénario qui a été choisi en respectant le plus possible le milieu.

Une courbe dangereuse

 

La courbe en « S » de Val-Brillant est un endroit reconnu dangereux, où de nombreux accidents ont eu lieu.

 

Nombre d’accidents (à divers degrés de gravité, dont un mortel en 2015)

  • 2012 : 10

  • 2013 : 5

  • 2014 : 7

  • 2015 : 16

  • 2016 : 5

Coût des travaux

Présentation des travaux

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

 

Ce n'est pas la première fois qu'un plan de correction de la route 132 est présenté par Québec. Il y a une quinzaine d'années, les travaux avaient été évalués à 7 millions de dollars.

 

Selon Yves Berger, la différence de prix s'explique entre autres par les nouveaux plans, des matériaux plus dispendieux et des normes environnementales plus strictes aujourd'hui.

 

« Le projet a changé, mentionne-t-il. On a dû modifier, ajouter des choses pour respecter l’environnement. La structure aussi a été bonifiée. Tout ça fait en sorte qu’on a un projet qui est situé entre 25 et 50 millions. »

 

Le Canadien National a amorcé des travaux pour déplacer temporairement la voie ferrée. Le MTQ doit ensuite entreprendre les travaux routiers qui devraient se terminer en 2021.

 

Échéancier de la réalisation des travaux

 

  • Automne 2017 : construction de la déviation temporaire de la voie ferrée du CN (chemin seulement)

  • Printemps 2018 : mise en place des rails, raccordements et mise en fonction de la déviation de la voie ferrée afin de permettre le libre passage du train pendant les travaux de construction de la structure

  • Été 2018 à automne 2019 : travaux préparatoires du Ministère et construction de la structure du CN

  • Été 2020 à automne 2021 : travaux du Ministère et travaux municipaux

  • Automne 2021 : circulation dans le nouvel axe (route 132)

Les travaux doivent s'échelonner jusqu'en 2021

Photo : Radio-Canada

 

Pas d’augmentation de taxes, selon le maire

 

Le ministère des Transports assumera la plus grande partie des travaux de réfection de la courbe. L’ancienne section de la route 132 et le vieux viaduc, sur lequel passe le train, seront remis à neuf et donnés à la Municipalité. Un montant d’argent sera aussi offert durant quelques décennies pour l’entretien du viaduc.

 

Durant la soirée de présentation publique du projet de jeudi soir, plusieurs résidents ont dit craindre que ces infrastructures provoquent une augmentation de taxes. D’autant plus que la municipalité aura pour responsabilité de refaire les conduites d’eau de l’ancienne route 132.

Mais le maire, Jacques Pelletier, ne croit pas que les taxes augmenteront.

 


CLIQUEZ ICI POUR RETOURNER AU MENU " VIADUC "